le cabinet d'amateur Facebook / Twitter / Contact
 
 

lettre d'information / Cliquez ici /

Pour être informé des expositions et des événements, recevoir les invitations aux vernissages, inscrivez-vous à la lettre d'information du cabinet d'amateur.

 
 

expositions 2021

 
Ned

27.11.2021 > 28.11.2021

Ned - « Sigils »

Dédicaces du catalogue de l'exposition et du livre du 9e Concept,
le samedi 27 et le dimanche 28 novembre de 15 à 19 heures

Catalogue de l'exposition - Ned - « Sigils »

Tirage limité à 50 exemplaires, numérotés et signés
Format 21 x 21 cm
Prix : 20 euros

9e Concept - « 30 ans de dialogue artistique »

Fondé il y a trente ans, le 9e Concept a dès le départ souhaité intégrer des pratiques diverses. Du dessin à la peinture en passant par le tatouage ou encore la photographie, les modes d’expression se mêlent à l’image des pratiques artistiques urbaines actuelles. Le collectif se veut ouvert sur une création décomplexée, en phase avec son temps.

Depuis 30 ans le collectif d’artistes du 9e Concept ne cesse de partager et diffuser auprès du plus grand nombre son esthétique à travers diverses expositions, résidences, concepts interactifs et happenings, déjouant les codes des musées et des galeries tout en essaimant dans l’espace urbain, pour rendre l’art accessible à tous. Né de la rencontre et incarné par l’amitié de Stéphane Carricondo, Ned et Jerk 45, le collectif poursuit son projet collaboratif, qui réunit tous les membres du groupe, avide de partager auprès du public. Le collectif, dont la ligne puise son inspiration dans la fusion de styles et genres variés (BD, tatouage, art premier, graffiti, musique, numérique…), a su exploiter la publicité, la vidéo, le collage ou encore la fresque comme autant de canaux de diffusion novateurs pour rendre l’art accessible à tous. Plongez dans un art urbain coloré, où les œuvres agissent comme le miroir fascinant de notre monde contemporain.

Editeur In Fine éditions d’art
328 pages
600 illustrations
Format 28 × 30 cm
Bilingue français-anglais
Prix : 59 euros

 
Ned - « Sigils »

18.11.2021 > 28.11.2021

Ned - « Sigils »

Vernissage le jeudi 18 novembre jusqu'à 21 heures

Exposition du jeudi 18 au dimanche 28 novembre 2021
du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

Si les Sigils sont des figures graphiques permettant de retranscrire une intention magique, ils peuvent aussi incarner une écriture personnelle qui mélange symboles de cultures et d’origines différentes. À ce titre, Ned propose dans son exposition des sceaux, des médaillons emprunts de son écriture singulière destinés à projeter la bonne énergie à son futur propriétaire. Mélanges de trames du moyen-âge, morceaux d’alphabet tribal primitif, éléments végétaux, fragments animaliers et géométrie sacrée forment un maillage habile déterminé à restituer des ondes positives au public. D’autres sujets, plus libres, abordent une écriture relâchée, où coulures et fonds or sur noir sont exécutés à la bombe avec, au premier plan, des cadrages de dessins au noir. Le changement d’échelle entre micro et macro fait ressurgir l’intention cosmique qu’il mène dans son travail.  Mixant des techniques d’impression adaptées, de gravure et de peinture sur bois, Ned propose dans ses compositions une vision fantasmagorique toute particulière. Entre enchantement graphique et alchimie fantastique, ses œuvres, au travail minutieux, font de l’artiste un enlumineur des temps modernes. 

Ned, Stéphane Nédellec de son vrai nom, travaille à Paris. Né en 1971, il joue aujourd’hui avec une multiplicité d’influences. Ses origines bretonnes ont forgé son trait qui évolue sans cesse. Ainsi, les motifs entrelacés abondent, déclinés en volutes, spirales ou encore en labyrinthes complexes. Ses recherches sur la ligne primitive universelle donnent aux images de Ned des atmosphères intrigantes. En croisant photographie, dessin et peinture, il crée des motifs à la frontière du réalisme et de l’abstraction. Fort inspiré par l’art du Moyen-Âge, Ned aspire à décortiquer ses formes et tracés pour construire des médaillons. Mandorles, ornements, entrelacs de flammes, d’arabesques et de frises, sont aujourd’hui à la genèse d’une nouvelle héraldique faite de blasons et d’armoiries inédites. Armé d’un système de pochoirs, l’artiste s’attaque aussi aux murs et impose une fusion de motifs, bannières, banderoles, oriflammes ou sceaux magiques, donnant ainsi une vision énergétique plus conceptuelle à son travail.

Pour en savoir +
Ned - « Regrouper les énergies sous un même emblème »
Entretien réalisé par Quentin Gassiat

 
9econcept

20.11.2021 > 21.11.2021

« 9e Concept »
30 ans de dialogue artistique

Dédicaces du livre le samedi 20 et le dimanche 21 novembre de 15 à 19 heures
Présentation de plusieurs éditions

Fondé il y a trente ans, le 9e Concept a dès le départ souhaité intégrer des pratiques diverses. Du dessin à la peinture en passant par le tatouage ou encore la photographie, les modes d’expression se mêlent à l’image des pratiques artistiques urbaines actuelles. Le collectif se veut ouvert sur une création décomplexée, en phase avec son temps.

Depuis 30 ans le collectif d’artistes du 9e Concept ne cesse de partager et diffuser auprès du plus grand nombre son esthétique à travers diverses expositions, résidences, concepts interactifs et happenings, déjouant les codes des musées et des galeries tout en essaimant dans l’espace urbain, pour rendre l’art accessible à tous. Né de la rencontre et incarné par l’amitié de Stéphane Carricondo, Ned et Jerk 45, le collectif poursuit son projet collaboratif, qui réunit tous les membres du groupe, avide de partager auprès du public. Le collectif, dont la ligne puise son inspiration dans la fusion de styles et genres variés (BD, tatouage, art premier, graffiti, musique, numérique…), a su exploiter la publicité, la vidéo, le collage ou encore la fresque comme autant de canaux de diffusion novateurs pour rendre l’art accessible à tous. Plongez dans un art urbain coloré, où les œuvres agissent comme le miroir fascinant de notre monde contemporain.

Textes de Magda Danysz, Tarek Ben Yakhlef, Alexia Guggémos, Julie Guinamant, Orlando Diaz, Jerk 45, Ned Nédellec et Stéphane Carricondo.

Editeur In Fine éditions d’art
328 pages
600 illustrations
Format 28 × 30 cm
Bilingue français-anglais
Prix de vente 59,00 € TTC

 

 
Codex Urbanus

21.10.2021 > 31.10.2021

Codex Urbanus - « 50 Fables subies »
Fables vandales pour les 400 ans de la naissance de Jean de La Fontaine

Vernissage le jeudi 21 octobre jusqu'à 21 heures

Exposition du jeudi 21 au dimanche 31 octobre 2021
du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

Consultez le catalogue des œuvres

En 2021, Jean de la Fontaine a fêté ses 400 ans. Le poète, mondialement célèbre pour ses « Fables Choisies » reprises d’Ésope, de Phèdre ou d’auteurs indiens, s’est imposé au fil des siècles comme un auteur animalier incontournable, donnant tour à tour une personnalité à la fourmi, au lièvre ou au renard.

Artiste animalier chimérique, Codex Urbanus trace des animaux fantastiques sur les murs des villes depuis bien moins longtemps que son prédécesseur n’écrit des fables.

Mais fidèle à l’esprit de la rue et à son goût pour les histoires d’animaux, le street artist a voulu rendre un hommage vandale à Jean de la Fontaine en composant chaque semaine pendant toute l’année 2021 une « Fable Subie », collée dans la rue pour être imposée à tous en réponse aux fameuses Fables Choisies du XVIIe siècle.

À l’instar de celles-ci, ces nouvelles fables urbaines nous parlent des grands maux et des petits travers de notre folle société contemporaine. Mais cette fois-ci, ce sont des chimères sorties de l’imaginaire foisonnant de Codex Urbanus qui sont au coeur des ces fables, écrites et illustrées par le street artist.

À l’occasion de la sortie du recueil complet des « Fables Subies », le cabinet d’amateur montre l’intégralité des 50 dessins à l’encre de Chine qui ont rythmé cette année anniversaire.

Moralité :
Ce qui s’affiche sans autorisation sur les murs de la cité
Peut fort bien s’acquérir à l’aide d’un simple chéquier !

 
Codex Urbanus

31.10.2021

Edition spéciale - « Fables subies »

Dimanche 31 octobre de 14 à 19 heures

Tirage limité à 20 exemplaires, numérotés et signés, format 24 x 18 cm, en vente ce jour-là au cabinet d'amateur !

 
Codex Urbanus

27.10.2021

Fabrice Luchin... Euh Codex Urbanus lit
les « Fables Subies » de Codex Urbanus

Le mercredi 27 octobre à partir de 18h30

L'espace d'une soirée unique de raffinement urbain, l'artiste Codex Urbanus déclamera une sélection de ses « Fables Subies » composées et illustrées pour les 400 ans de Jean de la Fontaine.

La lecture des « Fables Subies » se fera à la chandelle (voire à la frontale pour Codex qui n'est plus tout jeune), et sera entrecoupée de morceaux classiques de flûte traversière interprétés par Nicolas Bouils de l'Académie Royale de Musique.

Programme de la soirée:
- 18h30 : Arrivée des convives, signatures de livres, discussions animées ;
- 19h30 : Lecture des « Fables Subies » dans un silence religieux ;
- 20h30 : Félicitations, rappels, drinks, achats massifs de dessins originaux des fables et de recueils desdites fables (dans la limite des stocks disponibles...).

Devant l'exigüité des lieux et le risque d'émeute pour participer, les personnes souhaitant se joindre à cette soirée littéraire de qualité sont priées de confirmer leur présence.
La soirée se passera débout, masquée et avec du gel, comme toutes les bonnes soirées parisiennes...

 
Codex Urbanus

24.10.2021

Codex Urbanus - « 50 Fables subies »
Fables vandales pour les 400 ans de la naissance de Jean de La Fontaine

Dimanche 24 octobre de 15 à 19 heures, Codex Urbanus dédicacera son livre « Fables subies » !

 

 
Mosko

17.10.2021

Mosko

« Toucouleur, plumes, poils, écailles »

Dimanche 17 octobre de 16 à 19 heures, Mosko dédicacera le catalogue de l'exposition !

 
Mosko

30.09.2021 > 17.10.2021

Mosko

« Toucouleur, plumes, poils, écailles »

Exposition du jeudi 30 septembre au dimanche 17 octobre 2021
du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

Vernissage le jeudi 30 septembre jusqu'à 21 heures

En 1989, Gérard Laux commence à peindre des animaux de la savane signés Mosko dans le quartier en péril de la Moskowa, au nord du XVIIIe arrondissement. L’année suivante l'aventure devient collective sous l'appellation Mosko et associés, avec toujours cette même et simple ambition : embellir le cadre de vie.

En 2004 c'est la première transposition des animaux de la rue à la galerie, à l’occasion de la sortie du livre Peignez la girafe. Girafes, zèbres, félins sont peints sur bois, palissades et autres supports de récupération, et accèdent ainsi à une toute autre réalité. A partir de 2005 et Section urbaine, qui marquera l'apogée du collectif, Gérard Laux développe son travail dans l'atelier d'Aubervilliers puis de Montreuil tout en continuant à peindre dans la rue. La popularité que les œuvres réalisées y connaissent et l’aval des institutions le confortent dans ses efforts et le conduisent à trouver sa place sur le marché de l’art. Passages en ventes aux enchères, expositions collectives et personnelles, sa carrière se développe en France notamment avec une participation remarquée à la Tour Paris 13.

S’inscrivant à la fois dans une démarche de continuité et de renaissance Gérard Laux retrouve, à compter de début 2015, sa signature originelle à savoir MOSKO. Tout en persistant dans une thématique animalière, cette année de mutation sera également celle d'une nouvelle approche technique. Elaborée lors d'une résidence d'artiste à Dune (Pondicherry) en février 2013, puis inaugurée dans la rue en février 2015 en "off" de la Kochi Muziris biennale (Kerala), cette dernière utilise pleinement peinture acrylique et pratique du pinceau. L'usage d'un pochoir monochrome de finalisation devient alors un simple outil. Cette nouvelle approche le libère à tous points de vue, apportant une grande fraîcheur dans le renouveau.

 
Banksy
 

26.09.2021

Que reste-t-il de nos révolutions ?
« Notes sur l'intervention de Bansky à Paris »
par Quentin Gassiat et Yohanan Winogradsky

Sortie du livre et dédicaces par les auteurs, le dimanche 26 septembre 2021 de 15 à 19 heures

En juin 2018, une rumeur bruit dans le monde de l’art contemporain : le célèbre pochoiriste britannique Banksy aurait peint plusieurs œuvres sur les murs de Paris. La première est découverte Porte de la Chapelle, puis viennent les rats de Beaubourg, ceux de la Tour Eiffel, le chien de la Sorbonne, le Napoléon de l’avenue de Flandre, et la jeune fille en pleurs du Bataclan. En tout, onze œuvres sont réalisées. Très vite, fans de l’artiste et de street art partent à la chasse aux œuvres à travers la capitale. Quel sens ont ces œuvres ? Dans quel contexte interviennent-elles ? Que nous dit Banksy sur notre société, son immédiateté, son hypocrisie ?

Auteurs : Yohanan Winogradsky et Quentin Gassiat
Préface : Pierre-Michel Sailhan
Editeur : Critères éditions
Collection : Les chroniques du Street art
Prix : 18 euros

 
Nadège Dauvergne

09.09.2021 > 26.09.2021

« Retrouvailles » - Part 3

Exposition du jeudi 9 au dimanche 26 septembre 2021
du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

Agrume, Ardif, Bault, Codex Urbanus, Dark, Nadège Dauvergne, Dawal, Pablo Delgado, Ender, Etus, Philippe Hérard, Horor, Levalet, Mani, Matt_tieu, Marquise, Mosko, Moyoshi, Nosbé, Aurel Rubbish, Steeven Salvat, Sax...

 
Epi2mik

18.09.2021 > 19.09.2021

Epi2mik - « 2001-2021 »

Samedi 18 et dimanche 19 septembre 2021

Le cabinet d'amateur organise une vente en soutien à l'artiste Epi2mik, le samedi 18 et le dimanche 19 septembre de 14 à 19 heures !

Si vous n’êtes pas disponibles le week-end du 18-19 septembre, les œuvres seront visibles sur demande à la galerie jusqu’au 26 septembre 2021.

Il est temps de passer à l’acte, il compte sur vous !

Après avoir donné des couleurs à mes années d'errance, de peintures en colonisations urbaines, d'hospitalisation en mise en demeures et garde à vue. De 2001 à ce jour d'avril 2016 ou suite à une ultime crise à Rennes, je tombe sur un rouleau de papier de 10 mètres. Un parchemin qui me suivra jusqu'à aujourd'hui, sur lequel mes proliférations anarchiques se transformeront en organisations cellulaires, de la pollinisation urbaine à 'un voyage au cœur de la matière' comme le dit Raphaël Fresnais dans le Ouest-France de l'époque. Dessiner des liens, retisser sa vie, se dessiner, repartir de zéro. Je rencontre alors Fanny Farget en 2017, directrice adjointe du CNRS de Caen, qui en voyant mon dessin prend l'initiative de m'envoyer une capture audio de questions et verbalisations de mon travail. Le voyage a définitivement commencé pour moi et ce dessin que j'ai appelé 'zoom', laissant celui-ci me guider, ma vie se construit minutieusement sur un fil de 10 mètres. Après un bref mais intense retour à Caen et toujours sans-domiciles mais avec ce travail en 'work in progress' qui semble ravir la galerie Igda, le WIP, les écoles primaires et surtout les particuliers chez qui je ne manque jamais d'aller. Je rencontre mon binôme avec qui je partage ma vie aujourd'hui, nous achetons une caravane, y mettons le dessin et nous voilà libre de suivre les demandes des particuliers, écoles de toute la France, pour montrer, expliquer et naturellement dessiner sur ce parchemin désormais plus célèbre que moi. Celui-ci nous amènera d'Alençon à la Vendée, puis la Belgique, de Paris à l'extrême-sud de l'Espagne, du Portugal à Nîmes... Le temps et l'espace semblent entièrement dirigés par ce dessin qui de rencontres en déroulements se développe et se construit 'presque' tout seul. 

Atomiquement Epi2mik

 
Codex Urbanus

12.09.2021

Codex Urbanus - « Chimères vandales 2012-2017 »

Dimanche 12 septembre de 15 à 19 heures

Avant la sortie du livre en librairie le 30 septembre, retrouvez Codex Urbanus pour une folle séance de dédicaces dans l'ambiance torride du cabinet d'amateur.

 
 

31.07.2021

« Codex sur Picasso »

Le samedi 31 juillet à partir de 16 heures

Codex Urbanus en live pour une collaboration inédite
et dédicace de son livre « Chimères vandales, 2012 - 2017 »

 

20.07.2021 > 31.07.2021

« Retrouvailles » - Part 2

Exposition du mardi 20 au samedi 31 juillet 2021
du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

Retour au collectif, on se retrouve enfin pour une exposition pleine de surprises et de collaborations entre artistes. Des moments de partages et d'échanges qui sont au cœur de l'art urbain.

Agrume, Ardif, Bault, Codex Urbanus, Dawal, Pablo Delgado, Ender, Horor, Levalet, Matt_tieu, Marquise, Mosko, Ninin, Nosbé, Steeven Salvat, Sax, Vermibus, Wayne...

 
 

10.07.2021

« Chroniques de l'art urbain »
75 entretiens réalisés par Quentin Gassiat

Le samedi 10 juillet de 16 à 19 heures

 

03.07.2021 > 04.07.2021

« Chroniques de l'art urbain »
75 entretiens réalisés par Quentin Gassiat

Le samedi 3 et le dimanche 4 juillet de 14 à 19 heures

Parution du volume 3
en tirage limité à 100 exemplaires

BAULT / MARQUISE / JÉRÔME RASTO / AUREL RUBBISH / DON MATEO / OAKOAK / PETITE POISSONE / BÉTON SPIRIT / KOUKA / MIKA HUSSER / DAVID SELOR / AMI IMAGINAIRE / SAINT OMA / À CÔTÉ DE LA PLAQUE / ANTONIO GALLEGO / AGRUME / ROMAIN FROQUET / VLP / PSYCKOZE / NININ / POPAY / MISSGREEN GRENOUILLE / PRIMAL / TETAR / MISS.TIC

Réimpression du volume 1
en tirage limité à 50 exemplaires

M.CHAT / JÉRÔME MESNAGER / CODEX URBANUS / ARTISTE-OUVRIER / SPEEDY GRAPHITO / ŽILDA / GÉRARD ZLOTYKAMIEN / JORDANE SAGET / MOSKO / RUE MEURT D’ART / JEF AÉROSOL / EPSYLON POINT / ARDIF / MOYOSHI / ADOR & SEMOR / AIRWAN ISLE GROOVE / LEVALET / MORÈJE / YZ / PHILIPPE HÉRARD / MADEMOISELLE MAURICE / FKDL / NEMO / JOHN HAMON / DARK SNOOOPY

Réimpression du volume 2
en tirage limité à 50 exemplaires

JEAN FAUCHEUR / NIYAZ NADJAFOV / ENDER / NOSBÉ / LEBICHON / LE CYKLOP / LEGO TO THE PARTY / CLAIRE COURDAVAULT / RETRO / FABIO RIETI / NADÈGE DAUVERGNE / TOCTOC / JAERAYMIE / SAX / BEERENS / MATT_TIEU / LOUYZ / HOROR / TEUTHIS / LOISEAUCRAIE / TREIZE BIS / MANI / PAELLA? / NOTY AROZ / PARVATI

 

01.07.2021 > 31.07.2021

« Retrouvailles » - Part 1
Exposition du jeudi 1er au dimanche 11 juillet 2021
du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

Retour au collectif, on se retrouve enfin pour une exposition pleine de surprises et de collaborations entre artistes. Des moments de partages et d'échanges qui sont au cœur de l'art urbain.

Agrume, Ardif, Codex Urbanus, Nadège Dauvergne, Dawal, Pablo Delgado, Ender, Etus, Horor, Levalet, Mani, Marquise, Matt_tieu, Mosko, Ninin, Nosbé, Aurel Rubbish, Steeven Salvat, Sax, Vermibus, Wayne...

 

 
Dawal

03.06.2021 > 20.06.2021

Dawal - « Dérives »

Exposition du jeudi 3 au dimanche 20 juin de 14 à 19 heures

Fervent dessinateur, il affectionne particulièrement les thèmes du rêve, de l'enfance et de l'urbain dans sa figuration libre. Il peint sur les murs de nombreuses villes avant de s'installer à Paris où il réside actuellement.

20.06.2021

Dimanche 20 juin de 14 à 19 heures

DAWAL - « Complainte dystopique du progrès »

Parution d'un livret de l'entretien avec Quentin Gassiat, en tirage limité à 30 exemplaires, numérotés et signés
et d'une édition au format A4, en tirage limité à 10 exemplaires, numérotés et signés.

 
Arnaud Boisramé

20.05.2021 > 30.05.2021

Arnaud Boisramé

Exposition du jeudi 20 au dimanche 30 mai de 14 à 19 heures

Le jeudi 20 mai de 14 à 20 heures

Arnaud Boisramé est né à Tours en 1967. Après quelques années passées à l'Institut d'Art visuel d'Orléans, il s'installe à Vincennes où il vit et travaille depuis une vingtaine d'années. Son atelier lui permet d'exposer son travail de manière régulière. Sa peinture est figurative et de style expressionniste, ses sujets de prédilection sont le paysage et les scènes de genre. Il peint sur tout type de support. Qu'il s'agisse de la toile ou d'éléments de récupération, sa matière principale reste le papier ancien. Il expose dans différents endroits de la capitale et de la proche banlieue (Montreuil, Vincennes, Ivry...) mais également en province (Tours). C'est en 2010 que nait sa rencontre avec la galerie Le cabinet d'amateur. S'en suivront plus d'une vingtaine d'expositions collectives.

Pour cette troisième exposition personnelle où les genres se mélangent, la plupart des peintures sont réalisées sur des tissus assemblés à la colle de riz, appelé « ge ba »*, ces supports sont issus de l'artisanat chinois.

*Là-bas on les appelle « ge ba » ou « peintures de tissus ». Il s'agit de patchworks confectionnés à partir de vêtements recyclés dans le sud-ouest de la Chine, compositions si subtiles qu'elles font penser à de l'art abstrait.

Expositions collectives

Small is beautiful, Le cabinet d'amateur, Paris, Septembre 2010
Un cabinet d'amateur, Septembre 2011
Figures libres, Le cabinet d'amateur, Paris, Juillet 2012
Figures libres (2), Le cabinet d'amateur, Paris, Juillet 2012
Small is beautiful (two), Le cabinet d'amateur, Paris, Septembre 2012
Collectiv' Strip-tease, Le cabinet d'amateur, Paris, Novembre 2012
Small is beautiful, Le cabinet d'amateur, Paris, Septembre 2013
Corps@corps, Le cabinet d'amateur, Paris, Juin 2013
Buffonneries, Le cabinet d'amateur, Paris, Janvier 2014
1F une figure, Le cabinet d'amateur, Paris, un figure... Juin 2014
Nature humaine... Le cabinet d'amateur, Paris, Avril 2015
Vis-a-Vis, Le cabinet d'amateur, Paris, Décembre 2015
À vous de jouer, Le cabinet d'amateur, Paris, Novembre 2015
Ex-Voto, Le cabinet d'amateur, Paris, Décembre 2016
Ticket to ride ! Le cabinet d'amateur, Paris, Juin 2016
De A/Z, Le cabinet d'amateur, Paris, Octobre 2017
Retour à la normale... Le cabinet d'amateur, Paris, Mai 2018
"Je me souviens" Part 1, Le cabinet d'amateur, Paris, Décembre 2018
NU en décembre, Le cabinet d'amateur, Paris, 2020

Expositions personnelles 

Espace Daniel Sorano, Vincennes 2001
Le Pin, Tours 2009
Têtes à têtes, Le cabinet d'amateur, Paris 2010
Cœur de ville, Vincennes 2016
Masterpieces, Le cabinet d'amateur, Paris 2017

 
Correspondance(s)

19.03.2021

Correspondance(s)

Exposition le vendredi 19 mars 2021 de 12 à 18 heures

Plus de trente artistes réunis, une centaine d'œuvres originales au format carte postale, prix unique !

Agrume - Ardif - Arnaud Boisramé - Fred Calmets - Codex Urbanus - Dark
Nadège Dauvergne - Dix10 - Ender - Epi2mik - Joanna Flatau - Philippe Hérard
JBC - Jorgen - Juan Fantôme - Levalet - Marquise - Matt_tieu - Mika - Mosko
Ricardo Mosner - Moyoshi - Nosbé - Oakoak - Paella? - Parvati - Petitepoissone
Simon Pradinas - Jérôme Rasto - Retro - Saint-Oma - Sax...

 
Marquise

25.02.2021 > 14.03.2021

Marquise - « Le rêve éveillé »

Exposition du jeudi 25 février au dimanche 14 mars 2021

« A la frontière entre rêve et réalité, là où l'ordinaire devient magique, l'univers de Marquise vous ouvre ses portes. Comme une invitation à l'évasion, au voyage dans votre propre imaginaire, elle vous transporte dans un monde poétique où toutes et tous cohabiteraient dans le respect et la tolérance. Fruits d'une technique mixte de photo et de collage, les compositions de Marquise visent à accueillir chacune et chacun dans son univers, à présenter la vie dans sa diversité, à démontrer que le rêve nous concerne tou-te-s, qui que l'on soit et d'où que l'on vienne. A une époque où l'évasion est quelque peu bridée par les circonstances, il est encore plus important de valoriser le vivre-ensemble, de fédérer dans un rêve collectif, celui d'un monde meilleur, peut-être le monde de demain. »

Née à la fin des années 80 dans une famille qui a la bougeotte, Marquise grandit entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe avant de s’installer définitivement en France vers l’âge de 15 ans. Nourrie par son enfance à l’étranger, grande rêveuse et véritable passionnée d’images dont elle admire la puissance, la profondeur et l’esthétique, elle réalise très jeune ses premiers collages à partir des magazines qu’elle trouve à la maison.
C’est au cours de ses longues promenades parisiennes qu’elle découvre le street art avec ses artistes et ses médiums éclectiques. Si elle commence par immortaliser avec son objectif les œuvres conçues par d’autres, petit à petit l’envie de partager son propre travail avec autrui la pousse à poser ses premiers collages de rue, en 2018. 
Travaillant à partir d’une technique mixte mêlant photographie et collage, Marquise développe un univers poétique, onirique et décalé dans lequel chacun-e est invité-e à rêver, à se projeter et surtout, à trouver sa place. Artiste engagée dans la vie de tous les jours, elle crée des mises en scène visant à mettre en avant les valeurs qui lui sont chères : le vivre-ensemble, la diversité, le respect, la tolérance, mais aussi l'ouverture à la différence et le féminisme. Riche de ses expériences personnelles et collectives, elle souhaite proposer un univers alternatif dans lequel toute personne serait accueillie telle qu’elle est, un monde où la liberté d’Etre serait la seule règle, l’unique nécessité. 
Très présente dans les rues de Paris depuis près de trois ans, Marquise a également eu l’occasion de partager son univers dans de nombreuses villes de France mais aussi à l’étranger, l’opportunité pour elle de rencontrer une multitude d’artistes inspirants qui font la richesse de l’art urbain d’aujourd’hui.

 
Codex Urbanus

04.02.2021 > 21.02.2021

Codex Urbanus

« Chimères impériales, chimères vandales » du musée à la galerie !

Exposition au cabinet d'amateur du jeudi 4 au dimanche 21 février 2021

La programmation culturelle du château de Malmaison poursuit son ouverture à l’art contemporain. Cette année, le château propose à ses visiteurs de découvrir l’univers chimérique du street artist Codex Urbanus. Le musée lui a donné carte blanche pour intervenir dans l’ensemble des pièces du château. Nuit après nuit, les pages d’un étrange bestiaire se tournent au château de Malmaison. D’improbables chimères défilent, telles des enluminures impériales, pour créer la surprise et le rêve au sein du château. Autodidacte, Codex Urbanus a toujours dessiné à la marge, dans ses cahiers de cours, sur ses notes de réunion, sur des papiers volants. Considérant l’environnement urbain comme une gigantesque toile, il s’est rapidement tourné vers le Street Art à l’instar des grands artistes contemporains du graffiti. Aujourd’hui, de Montmartre aux galeries de Street Art, l’art de Codex Urbanus s’exprime sous des formes différentes, et participe de la personnalité diverse et foisonnante de la scène de l’art urbain parisien…

« Epopée du Street Art »

Joséphine et Napoléon se sont fréquentés lors de grandes soirées à Paris d’abord, puis à la Malmaison où la salle à manger a vu défiler de nombreuses personnalités du Consulat et de l’Empire. Il fallait donc renouer avec ces dîners festifs et politiques en dressant une table pour inviter le visiteur à se projeter dans ces soirées. Par la suite, Napoléon s’invitera à toutes les tables de France : en effet, pour faire vivre le souvenir de l’épopée napoléonienne, de nombreuses manufactures de faïence (Creil et Montereau, Sarreguemines, etc.) proposeront des séries d’assiettes à dessert dites « parlantes » et montrant les grands temps de l’aventure du personnage. Ces assiettes connaîtront un grand succès. Pour souligner l’aspect à la fois prestigieux et populaire de ce récit épique, et le comparer à l’aventure non moins populaire et prestigieuse des grandes heures du Street Art, Codex Urbanus propose une série de 8 grandes assiettes de réception en porcelaine pour relater les étapes de la conquête de l’art urbain. Partant de la domestication des murs à l’ère préhistorique, il évoque l’invention de la bombe aérosol par le norvégien Erik Rotheim (sans laquelle le Graffiti aurait été beaucoup compliqué, voire impossible), l’apparition du pochoir urbain avec Blek le Rat en 1981, la date historique où 3 graffeurs ont fait la une de la presse en retournant la station Louvre-Rivoli du métro parisien en 1991, la conquête des hauteurs des murs Parisiens à la suite d’Invader en 1996, le jeu ironique de Banksy avec le Marché l’art explicité dans son film « Faîtes le mur » en 2010, la publication de l’essai de Codex Urbanus sur l’existence même du Street Art « Pourquoi l’art est dans la rue ? » Critères Editions 2018, et enfin une hypothétique reconnaissance institutionnelle de l’état avec la création d’un musée national du Street Art en 2037. Rappelons qu’à ce jour il n’y a quasiment aucune œuvre liée à l’art urbain dans les collections nationales françaises, plusieurs décennies après l’apparition de ce mouvement dans notre pays…

 
Vermibus

14.01.2021 > 31.01.2021

Vermibus - « Deconstructions »

Exposition du jeudi 14 au dimanche 31 janvier 2021

La déconstruction est un concept développé par le philosophe français Jacques Derrida (1930-2004). Cette forme de critique soutient qu’il n’existe pas de signification unique et intrinsèque d’un texte ou d’une image, mais qu’il s’agit en réalité d’une pluralité de significations, qui s’avèrent souvent être contradictoires. Sa forme d'analyse consiste à montrer comment un des éléments d'une construction, qui se veut, isolé et valorisé, dépend intimement de l’élément rejeté ou dévalorisé.
Vermibus est connu pour sa critique de l’utilisation du corps humain par l'industrie de la publicité et de la mode. Dans sa nouvelle exposition intitulée « DECONSTRUCTIONS », il prend acte du fait que ses critiques, ainsi que ses modifications, dépendent et sont intimement liées au concept et à l'imaginaire qu'il dénonce.
Derrida s’interroge également sur l'endroit où se situe le sens : dans l'auteur, dans le texte ou chez le lecteur ? Il conclut que toute tentative de communiquer une idée serait en fait un échec, car les mots utilisés à cette fin sont des symboles qui contiennent des perceptions différentes, dépendant de la charge conceptuelle précédente que le mot contient pour le récepteur.
Avec cette exposition, les réinterprétations de Vermibus sont censées être comprises librement par le spectateur, sans en avoir la charge conceptuelle précédente de sa relation avec la mode, la publicité, la beauté et l'interprétation de la pièce. En réduisant les conditionnements, l'artiste a décidé, au lieu de nommer ses œuvres ou de les laisser « sans titre », que les titres n'existeraient aucunement en tant que partie ou description.
Cela ne signifie pas que l'utilisation du langage est inutile pour Derrida et il ne l'est pas non plus pour Vermibus. Au contraire, ce qui est important à propos du langage et de l'image, c'est qu'en raison de sa structure, de sa qualité et de cette déconstruction supplémentaire, nous pouvons produire de nouveaux contextes d'interprétation différents.

-----------------------

Deconstruction is a philosophical approach originated by the French philosopher Jacques Derrida (1930-2004). This form of criticism asserts that there is not one single intrinsic meaning to be found in a text or an image, but rather many, and often these can be conflicting. Its form of analysis consists in showing how one of the terms of a construction, the one that wants to be isolated and valued, depends intimately on the term that is rejected or devalued.
Vermibus is known for criticizing the way of using the human body by the advertising and fashion industry. In his newest exhibition called “DECONSTRUCTIONS” he will be showing his awareness on the fact that his critiques, as well as his modifications, depend on and are intimately linked to the concept and imaginary that he is criticizing.
Derrida also reflects on where the meaning is located; if in the author, in the text or in the receiver. He concludes that every attempt to communicate an idea will be in fact a failure, as the words used for that purpose are symbols that contain different perceptions, depending on the previous conceptual load that the word contains for the receiver.
For this show, Vermibus’s re-interpretations are meant to be understood freely by the viewer. Without having the previous conceptual load of his relation with fashion, advertising, beauty and interpretation of the piece.In order to help the viewers of this exhibition to understand the artworks freely, reducing the conditioning, the artist has decided to leave them as “Untitled”, instead of naming them, as the titles exist neither as part of the artwork nor as part of its description.
This does not mean that using language is useless for Derrida, and nor is it for Vermibus. On the contrary, what is important about language is that due to its structure, quality and further deconstruction we can produce different and newer contexts for interpretation.

 

15.12.2020 > 10.01.2021

Philippe Hérard - « Cent-sortir »

Exposition du mardi 15 décembre 2020 au dimanche 10 janvier 2021

Après les avoir vus sur les murs de Belleville lors de ce deuxième confinement, je vous invite à découvrir les œuvres de la série « Cent-sortir » sur les murs du cabinet d'amateur !

10.01.2021

Rencontre avec Philippe Hérard, le dimanche 10 janvier 2021 de 15 à 19 heures. Dédicace du catalogue de l'exposition !

 
 

archives des expositions

/ / 2021 / / / 2020 / / / 2019 / / / 2018 / / / 2017 / / / 2016 / / / 2015 / / / 2014 / / / 2013 / / / 2012 / / / 2011 / / / 2010 / / / 2009 / / / 2008 / / / 2007 / /

 

le cabinet d'amateur
12 rue de la Forge Royale
75011 Paris

du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

contact
/ contact@lecabinetdamateur.com /
Tél. 01 43 48 14 06

accès
/ plan d'accès /

le cabinet d'amateur
 
Facebook Twitter Contact Instagram