le cabinet d'amateur Facebook / Twitter / Contact
 
 

lettre d'information / Cliquez ici /

Pour être informé des expositions et des événements, recevoir les invitations aux vernissages, inscrivez-vous à la lettre d'information du cabinet d'amateur.

 
 

horaires
Du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

 
 

exposition(s)

 

15.02.2024 > 25.02.2024

Thierry Olivier - « Chambre à bulles »

Vernissage le jeudi 15 février jusqu’à 21 heures
Exposition du jeudi 15 au dimanche 25 février 2024 du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

Dessiner, dessiner, dessiner ou la chambre à bulles. Une chambre à bulles est un espace fermé contenant un liquide maintenu dans un état d'ébullition se matérialisant donc par des bulles. Ces chambres étaient utilisées comme détecteur de particules au milieu du XXe siècle. Le passage d'une particule se traduit par la formation le long de sa trajectoire d'une traînée de bulles. Dans ce type de détecteurs, les particules ont des trajectoires qui s'interrompent brusquement, ces interruptions signifient que la particule a été absorbée, par un atome par exemple. Ce type d'outil nous a permis d'observer les échanges, les mouvements, les liens dans le microcosme. Le résultat sont des images qui peuvent être considérées comme la naissance de l'abstraction organique, un style artistique caractérisé par l'utilisation des formes et structures abstraites, le plus souvent arrondies ou ondulées basées sur ce que l'on trouve dans la nature. L'abstraction organique ou biomorphique utilise donc les mêmes pattern que la nature elle-même, la base philosophique de ce style est liée aux idées du penseur français Henri Bergson qui a écrit sur une source unique issue de la création artistique et des processus évolutifs naturels. L'évolution créatrice, les processus évolutifs ''nature'' et la créativité artistique ''art'' proviendraient de la même source. Moore écrivit en 1937 qu'il croyait qu'il existe, effectivement, des formes naturelles universelles auxquelles tout le monde est conditionné inconsciemment et auxquelles nous pouvons répondre si notre contrôle conscient ne les ferme pas. Cet appel a été entendu et étendu à de multiples artistes tels que Calder, Hepworth, Arp, Miro...

Thierry Olivier aka Epi2mik par lui-même.

J’ai lu tous les articles de presse publiés sur Epi2mik. J’ai regardé toutes ses œuvres. J’ai consacré deux articles à son travail. Des milliers de mots, des centaines d’images depuis de nombreuses années et je m’interroge. Est-il légitime de mettre des mots sur les œuvres de Thierry Olivier ? Des mots pour décrire les émotions que je ressens à voir ses dessins. Des mots pour mettre de l’ordre dans une œuvre foisonnante et complexe. Des mots pour réintroduire du rationnel, de l’analyse, pour faire comprendre aux lecteurs les ressorts secrets d’un projet artistique.

Pourquoi ce questionnement portant précisément sur cette œuvre ? Si le but de la critique est de faire comprendre l’œuvre, le seul véhicule de la pensée qui vaille est la rationalité. Or je pense que l’œuvre de Thierry Olivier échappe à la raison raisonnante. Son œuvre est constituée de traces graphiques qu’Epi2mik a laissées depuis un peu plus de 20 ans. Des traces de sa vie la plus intime. S’y retrouvent étroitement mêlées des traces de sa formation aux Beaux-arts, de son enfermement volontaire, de son errance, de ses lectures, de ses rencontres, de ses tourments, de ses bonheurs, de ses amours, de sa vision de notre corps, de notre monde et de notre univers.

Dire avec mes mots ce que Thierry Olivier a voulu « dire » n’a aucun sens car il n’a pas choisi de dire ou d’écrire : il a choisi de créer des images. Et quelles images ! Non pas des images voguant au gré des courants « mainstream », des images pour être connu et reconnu, des dessins comme des marchandises fabriquées pour être vendues, mais des images, à lui nécessaires, des images qu’il ne pouvait pas ne pas créer. En vérité elles lui sont consubstantielles. Ce ne sont pas de petits cailloux blancs qui jalonnent sa vie comme autant de repères mais des images thaumaturges, des bouées de sauvetage qui l’ont empêché de sombrer corps et âme et de renaître à la vie et à l’amour.

Ajouter des mots à ses images serait un manque de respect autant pour l’homme que pour l’artiste. La seule approche possible est le ravissement.

Regarder les images, se laisser pénétrer par elles, lâcher prise, embarquer dans une méditation métaphysique hypnotique, passer outre toute velléité d’analyse, refuser le jugement esthétique, se laisser porter vers des contrées inexplorées. L’émotion est la seule voie de communication entre deux âmes.
C’est ainsi, un peu contre nature, que je laisserai l’analyse dans ma boite à outils.

Mon propos sera de vous montrer des œuvres choisies en fonction de ma sensibilité et de mettre en regard des citations de l’artiste. Ce qu’il dit de ses œuvres, son point de vue, ne constitue en rien une explication. C’est le sens qu’il en donne. Mais, nous le savons, la distance est grande entre le produit d’une création par un artiste et le discours de l’artiste sur son œuvre. Il n’en demeure pas moins que la « mise en récit » de son œuvre est passionnante.

« Il y a une évolution évidente entre le microcosme, la prolifération de particules élémentaires avec mes dessins actuels, je continue à augmenter le zoom, à rejoindre le macroscopique, à toucher l'organique, les structures même qu'utilisent la nature. Les notions géométriques que la nature elle-même utilise pour réaliser tout ce qui nous entoure. »


Entretien pour Entre | les | lignes écrit et réalisé par Richard Tassart.

Evénement Facebook
https://www.facebook.com/events/683871893928719

 

29.02.2024 > 10.03.2024

Saint-Oma - « Etat des lieux »

Vernissage le jeudi 29 février jusqu’à 21 heures
Exposition du jeudi 29 février au dimanche 10 mars 2024 du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

« Sale temps pour les hommes » même si « L’espoir », « Un nuage d’espoir »,
perdure dans « La cité merveilleuse ». Il est « Le puits sans fond » autrement dit
« Le fond sans fin » mais aussi « Un être végétatif » qui peut sombrer dans
le « Corps à corps » ou s’illuminer dans le « Cœur à cœur ».
« Le nuage dans la tête », pourtant « Pas l’ombre d’un nuage », il est
« En marche » vers « Le grand équilibre ». « De fil en aiguille » la « Force de gravité » provoque en lui un grand « Tiraillement » et c'est « Les jambes à son cou »
qu'il fuit la « Chaîne humaine ».
Mais à « Tirer sur la corde » et malgré « La béquille » il devient « L’ivre de Lerne »
et se lance dans une « Description » « Sans titre » d'un monde qu'il voudrait
« Abstraction » pure.
L'« Apparition » que lui inspire une « Envolée lyrique » est « La goutte qui fait
déborder le vase », « Le coup de foudre » de trop, « À la limite du supportable ».
Un « Accord » majeur, comme un « Lien céleste » et il se lance dans une partie
de « Babyfoot » « Tout feu tout flamme », mais « Ouh, la, hop, raté » « Haut la main » !
« Un ange passe ».
« A love suprême », « Lâcher prise » et, en haut de « L'échelle », « Un baisé volé ».

Thomas Durcudoy, dit Saint-Oma, pratique un dessin spontané qu’il développe via des medias et supports variés : de l’animation 2D aux fresques peintes dans des friches, de couvertures de livres aux impressions sur des t-shirts Agnès B., des performances dessinées aux collages automatiques. La force authentique de ses créations prend sa source dans le lâcher prise, l’évanouissement de la conscience, la fulgurance du trait comme moteur.

 

14.03.2024 > 24.03.2024

« HORS CADRE »

Avec la participation de Bault, Mélanie Busnel, Codex Urbanus, Dawal, Etus, Mani, Nosbé, Oakoak, Paella?, Petite Poissonne, Saint-Oma, Steeven Salvat, Sax, Veks Van Hillik...

Vernissage le jeudi 14 mars jusqu’à 21 heures
Exposition du jeudi 14 au dimanche 24 mars 2024 du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

 
 

archives des expositions

/ / 2024 / / / 2023 / / / 2022 / / / 2021 / / / 2020 / / / 2019 / / / 2018 / / / 2017 / / / 2016 / / / 2015 / / / 2014 / / / 2013 / / / 2012 / / / 2011 / / / 2010 / / / 2009 / / / 2008 / / / 2007 / /

 

le cabinet d'amateur
12 rue de la Forge Royale
75011 Paris

du mardi au dimanche de 14 à 19 heures

contact
/ contact@lecabinetdamateur.com /
Tél. 01 43 48 14 06

accès
/ plan d'accès /

le cabinet d'amateur
 
Facebook Twitter Contact Instagram